Spécial Noël : Livraisons offertes et retours gratuits jusqu'au 15 janvier

Panier

Votre panier est vide

Continuer vos achats

Créativité & création : 6 questions à Ornella Pacchioni

 

IAK PARIS - Y A T-IL UN MOMENT OÙ TU AS SU QUE TU FERAIS QUE CE TU AIMES ? 

Ornella Pacchioni - Oui.

 Je ne me souviens plus exactement du lieu ou de l’année mais je me rappelle très précisément du sentiment. C’était à un concert et les lumières s’allumaient en rythme avec la musique et les images dans le fond et les musiciens et mon coeur s’est soulevé et je me suis dit je veux que quelqu’un, grâce à ce que je crée, sente son coeur se soulever aussi. Ou peut-être était-ce au décollage d’un avion, en tout cas à ce moment transcendantal fort.  C’est aussi au moment où j’ai appris que David Lynch était à la fois peintre et designer et écrivain. J’ai compris qu’il n’y avait pas à choisir et alors, si je ne dois pas choisir, je peux faire ce que j’aime. 

Photo : Anyway LA - Acrylic on canvas, 2018 

 

PEUX-TU NOUS EXPLIQUER TON PROCESSUS CRÉATIF ?

Je suis très active, j’ai des idées tout le temps et j’ai envie de les réaliser directement. Il m’a fallu du temps pour apprivoiser ce besoin impulsif de créer qui engendrer souvent une forme de frustration du fait de ne pas pouvoir tout faire, ou à moitié.
Alors je note toutes mes idées dès qu’elles viennent, sans jugement, sur des tonnes de post it et les laisse mariner, un peu comme des pièces dans une fontaine. Et au moment où je sens que la fontaine est pleine, je m’assois et me met à approfondir et trier chaque idée.

Je décide des plus impératives puis je mets tout en place pour les réaliser.


J’aime beaucoup la théorie selon laquelle chaque créateur a son petit ‘génie’ ou ‘esprit’ qui le suit partout.

Il faut le respecter et lui permettre de s’exprimer dans les meilleures conditions.

 

 

Photo : Slide My Way Through - Central Saint Martins' Open Studios - 2018 - Steel, metal, ceramics

  

QU'EST CE QUI T'A FAIT TOMBER AMOUREUSE DU CINÉMA ?

Le spectacle vivant. C’est en assistant à des représentations théâtrales ou musicales que je me suis dit ‘mince il y a tout, l’espace, le corps, la lumière, c’est exactement ça’.

J’ai compris qu’il était nécessaire de lier plusieurs éléments afin de créer un seul univers.

Mais je me suis sentie trop solitaire pour mettre en place quelque chose de si collaboratif.

Alors j’ai écrit un scénario et fait un tournage et pouf je suis tombée amoureuse.​

 

Affiche : Mange tes yeux - Court Métrage - 2018

 

TON PÈRE ULTIME POUR COMPRENDRE LA POÉSIE ? 

Indéniablement un poème de Maggie Nelson. Très sûrement Shiner, le premier de son recueil du même nom.
Je ne dis rien d’autre, il faut le lire.

 

 

Photo : Marble, marble table - 2020

 

UN ARTISTE À VOIR AU MOINS UNE FOIS DANS SA VIE ?

Cy Twombly. Juste pour se mettre devant une de ses toiles immenses et l’entendre chuchoter ses gribouillis de mythologie et de mots inventés.

 

PLUTÔT CLOUD OU PLUTÔT SUNSET ? COOLEST WAY POUR LE PORTER ?

Pfff... Ultime débat intérieur. J’aimerais trop être sunset mais je suis juste entièrement cloud.


Coolest way c’est dans les cheveux en bandana, comme ça tu te sens guerrière aérienne.

 

 

Commentaires (0)

Laisser un avis